Prendre la décision de consulter un.e professionel.le de la santé mentale : entre envie d’aller mieux et appréhensions


Il n'est pas toujours facile de consulter un.e professionnel.le de la santé mentale, qu'il s'agisse d'un.e psychologue, d'un.e psychothérapeute, d'un.e psychopraticien.ne ou d'un.e psychiatre. Cette étape nécessite de reconnaître que l'on se sent mal, que l'on a besoin d'aide et que l'on doit chercher de l'aide auprès de quelqu'un d'autre que ses amis et sa famille. Cependant, il existe de nombreuses raisons qui rendent difficile la décision de consulter. Cet article explore ces raisons.

Pour quelles raisons avons-nous parfois du mal à sauter le pas du premier rendez-vous ?

Peu importe notre âge, notre sexe, notre profession ou notre situation de vie, nous sommes presque tous confrontés à certaines raisons qui peuvent nous empêcher d'avoir envie de consulter. Parfois, nous sommes tellement épuisé.e.s de souffrir que l'idée de devoir parler de nos blessures et de notre histoire peut nous démotiver. Il peut aussi y avoir une crainte de consulter à la suite d'expériences négatives avec des professionnel.le.s. Dans tous les cas, cela peut rendre la démarche de consulter plus difficile, même si nous en ressentons le besoin.

 

Ou encore 

 

  • Parfois, on est confronté à certains propos / préjugés sociaux vis-à-vis de la santé mentale et on est alors démotivé.e ou on n’ose plus vraiment franchir le pas. 
  • Parfois, on a juste peur de franchir le pas, car prendre rendez-vous c’est se confronter à ce que l’on vit, à ce que l’on a vécu, et c’est d’accepter que l’on n’aille pas si bien.
  • Parfois, on redoute de “faire face” .
  • Parfois, on redoute d'être catégorisé.e comme une personne "malade" ou "souffrante"
  • Parfois, on redoute de se confronter au jugement d’autrui ou de professionnel.le.s. 
  • Parfois, on a l’impression que nos soucis sont particuliers, que personne ne peut changer cela, que nos problèmes sont bien trop anciens. 
  • Parfois, on a peur de ne pas tomber sur le/la bon.ne professionnel.le, de ne pas pouvoir faire confiance, qu’il/elle ne nous conviennent pas. 

 

Mais aussi, consulter, c’est parfois se confronter à un coût financier. D’autant plus s’il n’y a pas de remboursement par la sécurité sociale possible ! 

 

"Rassurez-vous, ce que vous pensez, ressentez est tout à fait justifié. Il est normal de ressentir de l'appréhension, des peurs, des doutes. Consulter c'est faire face à l'inconnu : comment cela va se passer ? De plus, la santé mentale est personnelle, et c’est parfois délicat de faire appel à un.e professionnel.le. C'est faire appel à une personne en dehors de notre sphère intime, de notre sphère privée (proche). C'est une personne inconnue. L’important est de trouver un.e professionnel.le qui saura, lors de l’appel ou lors du premier rendez-vous, vous rassurer et vous donner toute la confiance nécessaire pour les atténuer pas à pas. Qui saura vous apporter un cadre adapté à vous. Et qui vous aidera pas à pas à travailler sur vos maux, à aller de l’avant et à faire face. 

 

Je tiens à vous rassurer : les professionnel.le.s du domaine de la santé mentale et du mieux-être sont là pour vous aider. Ils/elles sont formé.e.s pour vous écouter, vous soutenir, vous épauler, vous comprendre et surtout vous aider.MANGENOT Léa, psychopraticienne 

4 affirmations entendues récemment : quelles sont mes réponses et ma vision en tant que psychopraticienne ?

Le plus de cet article !

 

Dans cet article, mis à part la mise en évidence des raisons qui peuvent freiner l’idée de consulter, je vous propose à mon tour, quatres affirmations que j’ai pu entendre récemment. À ces affirmations, je vous propose d’apporter mes réponses en tant que psychopraticienne engagée dans le mieux-être de la population française ! 

 

“ Je n’ose pas consulter, je trouve que ma situation n’est pas si grave…”

 

“Selon moi, la souffrance psychique n’est pas mesurable. Ce qui peut paraître grave pour d’autres, sera moins grave pour d'autres personnes. Et inversement. En réalité, la perception des souffrances et situations que l’on vit est très personnelle et subjective. À mon sens, toute souffrance, et ce qu’importe la cause, l’impact, les conséquences sont à considérer. Je m’engage, en tant que professionnel.le, à vous recevoir dans votre singularité, sans jugement, et ce même si vous avez la sensation que votre situation “n’est pas si grave” ou que “ce n’est rien par rapport à d’autres personnes”.

“ Je ressens des craintes à l’idée de consulter…”

 

“Vos craintes sont normales, car s’engager ne serait-ce que dans un seul rendez-vous cela représente un coût financier parfois même ce n’est aucunement remboursé. Ainsi il est normal d'avoir des craintes de "est-ce que c'est le bon professionnel ? Est-ce que la séance va être adaptée à moi ? Etc. 

Mais aussi prendre soin de sa propre santé mentale, c’est quelque chose d’intime, de singulier, de personnel. Ainsi, se confronter à autrui pour travailler, parfois en profondeur, sur votre souffrance, c’est parfois devoir mettre de côté son intimité et c’est se dévoiler. Bien que vous pouvez décider de ne pas évoquer certains éléments. Tout l’important est de se sentir en confiance avec son thérapeute.”

"Je n'ai pas vraiment apprécié ma dernière consultation, j'appréhende de reprendre rendez-vous avec un autre professionnel..."

 

“ Au cours de mes échanges, je me suis rendu compte que la difficulté à consulter venait régulièrement de mauvaises expériences (= d’expériences peu adaptées). Soit vécues par d’autres personnes de votre entourage, soit vécues par vous-même. 

La dernière consultation ne s’est pas bien passée car vous ne vous sentiez pas à l’aise avec cet exercice,vous n’avez pas ressenti d’affinité personnelle à l’égard du thérapeute, vous n’étiez pas à l’aise à l’idée de se dévoiler, vous n’avez pas ressenti de confiance, le “feeling” n’est pas passé. etc. En effet, cela peut tout à fait arriver ! En fonction du cadre, de la méthode de travail, de la personnalité du thérapeute, de ce qui est proposé, de comment est organisée la séance, tout ceci peut ou non vous aller. ”. De plus, nous ne pouvons pas nous sentir à l’aise avec tout le monde, nous ne pouvons pas nous entendre avec tout le monde comme nous ne pouvons pas l’être avec tout professionnel. 

 

Toutefois rassurez-vous, la confiance se construit, chaque professionnel.le est différent.e, chaque personne est différente : ce qui n’a pas convenu à une personne que vous connaissez, peut vous convenir par exemple.

Parfois même certain.e.s praticien.ne.s proposent des séances découvertes (1ère séance gratuite), ou pour certain.e.s vous avez la possibilité de bénéficier d'un appel découverte ! N'hésitez pas à recourir à cela, c'est vraiment intéressant je trouve avant toute programmation de rendez-vous !"

“Je n’ose pas aller dans le cabinet dans ma ville, j’ai peur que l’on me voit et que l’on me juge”

“Parfois il arrive aussi qu’on ait peur d’être vu se rendant dans un cabinet car nous vivons dans une petite ville, ou on à peur de croiser un voisin et que celui-ci pose une étiquette sur nous “elle/il est malade” ou “elle/il souffre”. C’est tout à fait compréhensible. Aujourd’hui, et ce même malgré l’évolution de la société à ce sujet, les préjugés sociaux sont encore ancrés et des étiquettes sont encore bien trop souvent posées. 

 

À cette crainte voici ce qui est possible, d’une part comme je le dis souvent chacun est libre de consulter et le jugement n’a pas sa place mais je vous comprends parfaitement ! Ainsi, il existe deux autres solutions, vous pouvez par exemple vous rendre dans une grande ville, ou ville à proximité. Ou bien, de plus en plus, les cabinets de psychothérapie digitale se développent, ainsi certains thérapeutes ou psychologues proposent soit une rencontre en cabinet soit une rencontre en téléconsultation. Le digitale s’est nettement développée, n’hésitez pas à y recourir. Il arrive parfois que certains professionnel.les proposent soit un rendez-vous au cabinet ou soit un rendez-vous en visio.” 

 

Vous envisagez de consulter mais n'osez pas franchir le pas ? Vous souhaitez être soutenu.e et encouragé.e dans votre démarche de consulter ? Vous souhaitez obtenir tous les renseignements nécessaires avant de programmer un rendez-vous à distance ? 

Je propose des visio-découvertes  pour toute personne ressentant le besoin de tester la plateforme mais aussi de me voir avant tout engagement 

Léa Mangenot Psychopraticienne

40 Rue Navarin
29200 Brest
France

Appel découverte de 20 minutes (par téléphone ou en visio)

Je m'appelle Léa Mangenot, je suis psychopraticienne en relation d'aide et spécialisée en thérapie de soutien et d'accompagnement

Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

À la une

Psychopraticien de la relation d’aide : entre obligations, possibilités, limites et interdictions

10 Jan 2024

 

J'ai réalisé l'importance d'écrire un article mettant en évidence ce que peut et ne peut pas faire un professionnel dans le domaine de la relation d'aide...

À la une

C'est quoi la différence entre un.e coach de vie et un.e psychopraticien.ne ?

19 Sep 2023

Dans le domaine du bien-être mental, deux professions se démarquent : le psychopraticien et le coach de vie. Bien qu'ils partagent un but commun, l'amélioration de la santé mentale, ces deux métie...

À la une

Comment mieux appréhender la reprise en ce mois de septembre ?

28 Août 2023

 

 
Ahhh, la reprise, le retour du mois de septembre, nous y voilà. Tellement mis en avant à la télévision, dans les journaux et dans les conversations ! On nous demande souvent : "Qu'as-tu prévu...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Omyzen

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.